Moi Idéal - Idéal du Moi

 

En simplifiant on peut dire que le Moi Idéal est présent au départ, c'est le moi narcissique, le "je m'aime". Ensuite, il évolue vers l'Idéal du Moi. Au fur et à mesure que l'enfant grandit, il inclut dans le Moi Idéal les objets parentaux idéalisés, les références, les images, ... Après l'Oedipe, chaque enfant se construit un Idéal du Moi qui n'est plus personnifié par tel ou tel adulte. C'est selon cet Idéal qu'il voudrait devenir adulte de son sexe, en regard de l'Idéal qu'il se fait de l'autre sexe. (1)

L'Idéal du Moi apparaît pour Freud (2) comme un substitut du Moi Idéal, le Moi Idéal désignant le Moi réel qui a été l'objet des premières satisfactions narcissiques. Ultérieurement, le sujet tend à retrouver ce Moi Idéal, caractéristique de l'état de toute puissance du narcissisme infantile, du temps où l'enfant était à lui-même son propre idéal. Sous l'influence des critiques parentales et du milieu extérieur, les premières satisfactions narcissiques procurées par le Moi Idéal sont progressivement abandonnées et c'est sous forme de ce nouvel Idéal du Moi que le sujet cherche à les reconquérir.

Freud voit donc dans l'Idéal du Moi une formation nettement différenciée du Moi qui permet de rendre compte notamment de la fascination amoureuse, de la dépendance à l'égard de l'hypnotiseur et de la soumission au leader, autant de cas où une personne étrangère est mise par le sujet à la place de son Idéal du Moi. (3)

Pour Lacan (4), le Moi Idéal est aussi une formation essentiellement narcissique trouvant son origine dans le stade du miroir et appartenant au registre de l'imaginaire.

 

Sources :

1) Dolto F. : « Séminaire de psychanalyse d'enfants »

2) Freud S. : « Pour introduire le narcissisme »

3) Freud S. : «Psychologie collective et analyse du moi »

4) Lacan J. : « Remarques sur le rapport de Daniel Lagache » in « La Psychanalyse »

 

En savoir plus ...